Le Projet agricole et alimentaire

Agriculture et alimentation

Depuis 2018, Toulouse Métropole anime une démarche de Projet alimentaire territorial, labellisée par l’État, qui mobilise les acteurs publics et privés autour d’une ambition : bâtir un système alimentaire durable ancré localement.

Des actions partenariales autour de 4 objectifs

Fin 2022, Toulouse Métropole a adopté la 2e feuille de route de son Projet agricole et alimentaire (PAAM)

34 partenaires se sont engagés autour d’objectifs partagés pour l’agriculture et l’alimentation de notre territoire, et ont proposé de mettre en œuvre plus de 80 actions pour atteindre ces objectifs :

1. Soutenir la production locale et l’installation agricole
2. Accompagner la restauration collective vers moins de gaspillage alimentaire pour plus d’approvisionnement bio et local
3. Structurer les filières : développer l’approvisionnement local, la logistique et la transformation
4. Sensibiliser et faciliter l’accès de tous à une alimentation saine et durable

Un capital à préserver

Un tiers des agriculteurs du territoire est sur le point de partir à la retraite, il s'agit de :

  • préserver les terrains (10 600 ha de foncier agricole) pour maintenir une agriculture durable en proximité et soutenir l’installation agricole
  • accompagner la transition agricole et alimentaire vers une agriculture respectueuse de l’environnement (bio ou agro-écologie) et qui contribue à nourrir une partie des habitants.
    Par exemple, produire davantage de légumineuses (lentilles, etc.) pour une consommation locale, en alternance avec les grandes cultures (blé, etc.).

Un réseau de fermes d’impulsion communale

À l’appui des projets pilotes qu’elle accompagne depuis 2012, Toulouse Métropole soutient techniquement et financièrement l’émergence d’un réseau de fermes communales, avec la volonté d’accueillir des porteurs de projets agroécologiques tournés vers la consommation locale : 

Vous souhaitez développer un projet d'installation agricole dans la zone géographique de Toulouse Métropole ?
Faites-vous connaître auprès de nous.

La commune de L'Union a pour projet de créer une Ferme Maraîchère Biologique sur son territoire. Elle recherche un agent responsable de production maraichère.

Du local et du bio à la cantine

Avec 60 000 repas produits chaque jour par leurs services de restauration collective, les communes de la Métropole pèsent sur le marché agroalimentaire. Par leurs achats, elles peuvent jouer un rôle dans l’évolution du système alimentaire local pour développer l’offre de produits locaux et de qualité. De plus, la loi Egalim impose 50 % de produits de qualité et durables*aux restaurations collectives municipales, dont 20 % de bio.

* Label rouge, bio, AOP/AOC, IGP, Haute valeur environnementale, etc.

Objectif de la Métropole : 30 % de bio dans les assiettes.

Pour y parvenir, il faut trouver des sources d’économies, notamment en réduisant le gaspillage alimentaire. Ainsi, Toulouse Métropole :

  • accompagne les communes dans leur projet de restauration collective durable : diagnostic et plan d’actions sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, les achats bio et locaux et la sensibilisation des publics
  • anime un réseau des élus et techniciens de restaurations municipales élargi à l'ensemble des acteurs publics et privés de restauration collective
  • organise des rencontres acheteurs-fournisseurs, des visites et des formations afin que les acteurs des filières locales trouvent des partenariats gagnants-gagnants

Développer l’approvisionnement local, la logistique et la transformation

Contrats de réciprocité

Malgré la présence d’opérateurs économiques dans la métropole, 75 % des achats de produits agricoles et agroalimentaires sont importés et 91 % de la demande n’est pas captée par le territoire.

Depuis début 2017, Toulouse Métropole a engagé une dynamique de coopération territoriale pour renforcer les solidarités et complémentarités territoriales avec ses voisins ruraux.

A titre d’exemple, une journée « viande en Comminges » a été organisée en 2022 pour les acteurs de la restauration collective de la métropole toulousaine, en partenariat avec la communauté de communes Coeur et Coteaux du Comminges (5C), et un Eductour « restaurateurs engagés » a été proposé en mai 2023 dans le Pays d’Armagnac.

Filières stratégiques

Afin de répondre aux enjeux nourriciers, de santé et environnementaux, et aux objectifs du PAAM d’augmenter la production de légumes, fruits et légumes secs, les filières maraichage et légumineuses ont été identifiées comme stratégiques.

La métropole toulousaine étant située au cœur d’un bassin céréalier, l’introduction de légumineuses dans les rotations de culture apporte des bénéfices environnementaux et leur consommation est favorable à la santé par une diversification des protéines.

Pour participer au développement de la filière légumineuses, Toulouse Métropole adhère à FILEG et participe au projet CANDIE, démonstrateur de transition agricole et alimentaire.

Synergie entre acteurs

En complément, il s’agit de développer l’approvisionnement local, la logistique et la transformation avec, par exemple, des ateliers (de tri ou conservation des légumineuses, de transformation de légumes bruts produits en local…), des tiers-lieux d’innovation alimentaire.

Objectif : développer les circuits courts (limiter les intermédiaires) de proximité. Maillon stratégique du système, le Grand Marché, équipement de Toulouse Métropole, sorte de centrale d’achat pour les restaurants et commerces de bouche, a pour vocation d’augmenter son offre en produits bio et locaux.

Sensibiliser et faciliter l’accès de tous à une alimentation saine et durable

Manger plus de produits de saison, moins d’aliments transformés, plus de légumes, de la viande de meilleure qualité en moindre quantité... nécessite de faire évoluer ses habitudes alimentaires et requiert une proximité des produits, un coût supportable et aussi une connaissance de la façon d’utiliser ces produits. 

Les manifestations telles que le Festival du bien-manger, ou Festival Toulouse Innovante et durable, ou les événements de fermes ouvertes comme de fermes en fermes, les 48h de l'agriculture urbaine renforcent le lien entre producteurs et mangeurs.

Pour permettre à chacun d’être acteur de son alimentation, Toulouse Métropole travaille en partenariat avec de nombreuses associations du territoire et notamment le collectif EDENN qui rassemble au sein d’un écopôle au Nord du quartier Trois cocus à Toulouse plusieurs acteurs de l’agriculture urbaine et de l’alimentation durable. 

Avec l’association Bio Ariège-Garonne, Toulouse Métropole a également proposé 3 éditions du défi Foyers à alimentation positive. Près de 450 personnes l’ont relevé et démontré que l’on peut adopter une alimentation savoureuse, bio et locale, respectueuse de l’environnement sans augmenter son budget alimentaire.