Grand Parc Garonne

Le projet urbain Grand Parc Garonne s'étend sur 32 kilomètres de linéaire. Il concerne sept communes (Toulouse, Blagnac, Beauzelle, Fenouillet, Seilh, Gagnac-sur-Garonne et Saint-Jory), soit 3 000 hectares. Il vise à reconquérir les bords du fleuve pour faire de la Garonne le lien fédérateur de la Métropole. 

Le Grand Parc Garonne et l’ Île du Ramier

4 objectifs

  • développer les cheminements piétons et cyclistes ;
  • valoriser le patrimoine naturel ;
  • renforcer les usages liés à l'eau
  • développer de nouveaux espaces de culture et de convivialité

 
3 grands espaces

Plusieurs opérations d'aménagement sont menées pour un montant de 28,7 millions d'euros. Elles s'orchestrent autour de trois grands espaces. 

Garonne aval : des promenades à pieds et à bicyclette

Accessible aux piétons et aux vélos, un parcours découverte aménagé au nord de Toulouse comprend plusieurs promenades formant une boucle reliant la Garonne, le lac de Sesquières et le canal latéral. Ces promenades permettent de découvrir les quartiers traversés, leur histoire et leur patrimoine naturel… Par ailleurs, plusieurs espaces de nature et divers cheminements pour piétons et vélos ont été créés sur les communes de Gagnac-sur-Garonne, Seilh, et sur la zone naturelle des Quinze Sols à Blagnac et Beauzelle.

Toulouse centre

Les ports de la Daurade et Viguerie ainsi que les quais historiques et murs-digues "Saget" de Toulouse - datant du XVIIIe siècle - ont été restaurés sur les deux rives du fleuve.

Une voie verte, piéton et vélo, de 2,8 km, connecte la Prairie des Filtres au nord et le Campus Santé du Futur au sud.

L'île du Ramier

Le transfert du Parc des expositions, depuis 2020, ouvre des perspectives de reconquête d'un vaste poumon vert au cœur de la métropole. Pour transformer l'île en un parc urbain dédié à la nature, à la culture et aux loisirs, une concertation a été engagée depuis 2017.

Une première étape au nord

Au nord de l'île, les premiers travaux à court terme (2017-2019) préfigurent de la reconversion future  :

  • Aménagement des espaces autour de l'écluse Saint-Michel et valorisation du belvédère de la pointe nord
  • Démolition des anciennes discothèques et création d'un jardin d'entrée d'île
  • Relocalisation des terrains de tennis couverts, à la pointe nord de l'île, sur l'Ilot de Banlève afin de libérer un espace public en belvédère sur le fleuve
  • Création de la passerelle de Banlève pour relier les berges de l'îlot Banlève et de l'île du Grand Ramier
Une deuxième étape au sud

Ouvert à tous depuis octobre 2019, le parc de la Poudrerie situé au sud l'ïle du Ramier est l'un des 162 jardins publics de Toulouse, tourné vers les enjeux du XXIe siècle.

Cet espace vert public de 2 hectares propose des jardins partagés, un espace d'échanges de pratiques agroécologiques, des jeux pour les enfants et une "halte gourmande", définis à la suite de la concertation menée en 2017, suivie de 3 ateliers spécifiques à la Poudrerie.

Déconstruction de l’ancien Parc des Expositions : une démarche d'économie circulaire

Ce chantier qui consiste en la démolition de 5 halles est le premier chantier de la feuille de route 2020-2030 Économie Circulaire, avec le réemploi de nombreux matériaux au profit notamment d’autres chantiers de la Métropole toulousaine. Une étape essentielle vers la création d'un vaste espace de nature au nord de l'île du Ramier.

Création d'un poumon vert

Le projet Green Heart de création d'un poumon vert sur l'île du Ramier a été retenu dans le programme européen Life pour l'environnement et le climat.

Création de deux passerelles

Deux grandes passerelles du Ramier côté Empalot et côté Saint-Cyprien sont en construction depuis 2022. D’ici 2024, elles formeront deux traits d’union au-dessus de la Garonne pour relier l’île « nature » à la ville.