Groupe Alternative pour une Métropole Citoyenne

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit la publication des expressions politiques dans les supports de la collectivité, en l’occurrence le magazine TIM et reprise sur cette page. Les textes publiés dans ces pages n'engagent que leurs auteurs.

Tribune parue dans le magazine TIM#25 - hiver 2023

Le mal-logement n’est pas une fatalité

Dans notre Métropole, 75% des étudiants se voient refuser un logement CROUS et il faut attendre 26 mois pour obtenir un logement social (36 mois pour les personnes handicapées et familles nombreuses). La pénurie de logements s’aggrave et touche désormais les jeunes et les familles de la classe moyenne. L’explosion des loyers les contraint à s’éloigner de la ville-centre, des lieux d’étude et de travail. Le rythme très lent de rénovation des passoires thermiques et l’inflation élevée font basculer de nombreuses personnes dans la précarité énergétique.

Le logement est un impensé de la politique de M. Moudenc : au lieu de répondre à la crise, il se félicite du délogement des sans-abris de squats sans solution de relogement, ce qui mène à la mise à la rue de familles entières. Près de 300 enfants dorment dehors sur notre territoire et cela n’émeut ni M. Moudenc ni les Maires de sa majorité qui pourraient, pourtant, ouvrir des locaux pour répondre à l’urgence.

Le mal-logement n’est pas une fatalité, des solutions existent : recensement et mise à disposition de locaux vacants pour l’hébergement d’urgence, encadrement des loyers, diversification de la typologie de logements, intégration de logements sociaux dans tout projet immobilier, mise en adéquation des types de logements sociaux construits avec les demandes, rénovation thermique massive.

Vos élues & élus de gauche, écologistes et citoyens

Date de mise à jour :