Élus non inscrits

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit la publication des expressions politiques dans les supports de la collectivité, en l’occurrence le magazine A Toulouse et reprise sur cette page. Les textes publiés dans ces pages n'engagent que leurs auteurs.

Tribune parue dans le magazine A Toulouse#93 / déc. 2022 - janv. 2023

Sobriété énergétique pour la majorité municipale : de la poudre aux yeux

En plein contexte de crise énergétique, sociale et climatique, nous élues et élus de gauche, écologiste et citoyenne, déplorons le manque d’actions structurantes de la part de la mairie de Toulouse. Alors que les grandes métropoles de France s’adaptent à la conjoncture actuelle, Toulouse délaisse ses presque 500 000 habitants seuls face au spectre de l’hiver et de l’inflation.

La sobriété énergétique vise à réduire les consommations d’énergie par des changements de comportement, de mode de vie et d’organisation collective.
À Toulouse, les principales consommations énergétiques proviennent du transport routier (34%), des bâtiments résidentiels (30%) et du tertiaire (23%). Les économies d’énergie fossile et d’électricité ont deux objectifs principaux : limiter la tension sur le système énergétique français, faire tous des économies dans un contexte de forte inflation, et changer nos pratiques pour lutter durablement contre le changement climatique.

Les mesures impulsées par le plan de sobriété de Jean-Luc Moudenc sont insuffisantes. La majorité municipale confond la sobriété avec de l’austérité : diminuer la cadence des transports en commun constitue un non–sens écologique allant à l’encontre des enjeux actuels et incitant à un recours massif à la voiture individuelle.
De même elle claironne économiser sur l’éclairage mais, seules 45 rues de la ville sur plus de 2000 sont concernées par ces mesures de sobriété énergétique ! La politique de la majorité municipale est claire : déléguer la responsabilité de l’action aux habitants et donner l’impression d’un soutien politique par des campagnes de communication massives. Une fois de plus, la politique de la majorité n’est que de la poudre aux yeux.

Nous pouvons citer en exemple concret, les conditions dégradantes d’accueil des élèves dans les écoles toulousaines, véritables passoires thermiques, sans parler de la vétusté des locaux. Bien que la ville détienne les fonds nécessaires, aucun plan structurant de rénovation des bâtiments scolaires n'a été pensé. Nos enfants sont les principales victimes de l’inaction et du déni écologique du maire ainsi que de ses non-choix politiques. Nous ne voulons plus d’une politique mensongère, guidée par de seuls effets d’annonce.

Nous proposons un vaste plan de rénovation énergétique de 65 millions d’euros sur l’ensemble du territoire, permettant de traiter 10 000 logements, et de générer 170M de retombées économiques locales, ainsi que des investissements massifs de rénovation des établissements scolaires et publics :

  • Veiller à éviter les excès de chauffage et de climatisation dans les bâtiments publics
  • Appliquer strictement la loi régissant l'extinction des bureaux, vitrines, panneaux publicitaires, enseignes et bâtiments publics la nuit
  • Réduire la limitation de vitesse à 70km/h sur la rocade, et 30km/h en ville
  • Réglementer les terrasses chauffées l’hiver et les espaces climatisés l’été
  • Supprimer complètement les panneaux publicitaires numériques

La sobriété passera par un effort commun : la collectivité doit montrer l’exemple, pour le bien-être et l’égalité de toutes les Toulousaines, et tous les Toulousains !

Les élues et élus de gauche, écologistes et citoyens :
Michele Bleuse, Hélène Cabanes, Romain Cujives, Aymeric Deheurles, Jamal El Arch, Vincent Gibert, Isabelle Hardy, Caroline Honvault, Pierre Lacaze, Maxime Le Texier, Hélène Magdo, Antoine Maurice, Odile Maurin, François Piquemal, Agathe Roby.