Groupe Métropole d’Avenir

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit la publication des expressions politiques dans les supports de la collectivité, en l’occurrence le magazine TIM et reprise sur cette page. Les textes publiés dans ces pages n'engagent que leurs auteurs.

Tribune parue dans le magazine TIM#20 - automne 2022

La Nupes, l'été de tous les festivals

Cet été, les leaders de la Nupes, dont se revendiquent nos élus d’opposition, ont tenu à organiser un festival du rire grinçant avec un florilège de déclarations les plus hasardeuses les unes que les autres.
1er artiste, Grégory Doucet, maire Nupes-Eelv de Lyon, ouvrait le bal le 20 juillet dernier en fustigeant les voyages en avion et notamment les allers-retours à l’étranger le temps d’un week-end. Un mois plus tard, le 18 août, le même se rendait en Ukraine pour un aller-retour rapide. Mais comment y est-il allé : en vélo ? en train ? en covoiturage ? mais non, en avion bien sû ! Une nouvelle prestation de « faites ce que je dis mais pas ce que je fais », avec une mise en scène des élus d’extrême gauche relookés en bien-pensants verts.
2ème artiste, Sandrine Rousseau, députée Nupes-Eelv , a, quant à elle, choisi une thématique estivale : la virilité des barbecues. Un sujet ô combien passionnant. Débutant sa prestation par un propos sexiste genré : « il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité » agrémentant sa déclaration d’un sondage du public, sur son compte twitter personnel : « bifteck ou planète ? ». Ouf ! 73% des participants ont choisi le bifteck. Nos barbecues pour l’été prochain sont saufs. Ainsi après les « pistes cyclables non-genrées » lancées en début d’été par la mairie upes-eelv de Lyon, nous avons échappé provisoirement à la nourriture non-genrée et le contrôle, par les élus Nupes, de la virilité ou non de nos assiettes.
En clôture de ce festival Nupes, un spectacle bien plus tragique et environnementalement catastrophique s’est joué sous nos yeux. Des militants associatifs écolos se félicitaient d’avoir empêché les aménagements souhaités par les pompiers pour protéger du feu la forêt de la Teste de Buch (Gironde). Aujourd’hui, il n’y plus de forêt. Mais le feu n’est visiblement pas la seule cause de la disparition des forêts, certains utilisant des méthodes plus radicales, à l’image des élus locaux Nupes comme le Maire de l’Union, qui a tout simplement décidé l’abattage complet d’une forêt de 2,7 hectares âgée de plus de 30 ans.
 
Écologie, la Nupes à contre-courant

Surfant sur la vague du manque d’eau en France, JL Mélenchon déclarait que « c’est le moment d’avoir un Plan Eau [d’autant qu’] on en perd 20 à 30% tout le long des canalisations qui sont percées ». Peut-être pourrait-il d’abord nous expliquer pourquoi ses amis de la Nupes locale ont refusé, en 2019, de voter notre projet pour la gestion de l’eau et de l’assainissement. Un projet qui a permis aux habitants de la Métropole de disposer en 2020 de l’eau la moins chère de France mais également d’un programme de renouvellement des canalisations 2 fois plus important qu’auparavant. Un projet qui a permis d’inaugurer en 2021 et 2022 deux centres ultra-modernes de pilotage de l’eau, de l’assainissement et des eaux pluviales afin de préserver la ressource en eau potable et limiter les fuites. Aujourd’hui, Toulouse Métropole dispose d’un réseau d’eau avec un des taux de fuite les plus bas de France (deux fois moins que la moyenne nationale). 
Persistant dans son aveuglement coupable, l’opposition Nupes s’est par ailleurs contredite une nouvelle fois en Conseil de Métropole du juin 2022 en refusant de voter en faveur de la multiplication par 7 des bornes de recharge électrique dans les parkings publics ainsi que l’encadrement des prix de ces recharges. 
À Toulouse Métropole nous avons fait le choix que défense de l’environnement rime avec défense du pouvoir d’achat. 
 
Les associations victimes du désintérêt total de l'opposition

Lors du Conseil Métropolitain de juin 2022, l’Opposition a montré son désintérêt et sa désinvolture en ne soutenant pas les projets associatifs que nous accompagnons dans le cadre du Plan de lutte contre la pauvreté ou favorisant la cohésion sociale. Leur méthode : refuser de participer aux votes, histoire de ne pas avoir à trancher entre pour/contre/abstention. Lors du dernier conseil, ils ont ainsi fui pas moins de 5 fois (oui oui, 5 refus de participer aux votes !) Leurs électeurs apprécieront d’être bâillonnés par leurs représentants…
Sensibilisation à la création d’entreprise et à la formation individuelle, Droits des Femmes, Maison des Droits des Enfants et des Jeunes, aide alimentaire et produits d’hygiène à destination des bébés en lien avec les maraudes… : l’Opposition n’a rien voté de tout ça ! 
Souvent donneurs de leçons sur ces sujets dans la presse et sur les réseaux sociaux, les élus d’extrême gauche sont une nouvelle fois absents quand il s’agit d’agir.
Comble de l’absurdité, la Minorité métropolitaine, engluée dans le communautarisme, a voté contre l’obligation faite aux entreprises qui assurent une mission de service public de respecter les principes de laïcité et de neutralité dans le service rendu aux usagers. Quand nous souhaitons traiter tous les habitants de façon égale, quelles que soient leurs convictions, l’Opposition dit non ! Mais quelle société souhaitent-ils vraiment ?
 
Félicitations républicaines

La Majorité Métropolitaine adresse ses félicitations républicaines aux nouveaux élus haut-garonnais à l’Assemblée Nationale, ainsi qu’à la 1ère Vice-présidente de la Métropole, Dominique Faure, nommée Secrétaire d’État en charge de la ruralité. 
Sa connaissance des territoires est un atout pour assurer une coopération constructive et articuler harmonieusement les problématiques de la ruralité et des métropoles.

Les élus du groupe Métropole d’Avenir