Groupe Métropole d’Avenir

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit la publication des expressions politiques dans les supports de la collectivité, en l’occurrence le magazine TIM et reprise sur cette page. Les textes publiés dans ces pages n'engagent que leurs auteurs.

Tribune parue dans le magazine TIM#21 - hiver 2022

Plan climat : Pour une écologie du quotidien protectrice, innovante et respectueuse

La qualité de vie ne se préserve pas à coups d’effets de manche médiatiques mais avec une action ambitieuse et raisonnable. La Métropole a lancé, le 20 octobre, l’acte 2 du Plan Climat Air Energie Territorial, s’engageant à réduire d’ici 2030 ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport à 2008 et sa consommation d’énergie de 20 % par rapport à 2016.
Loin de céder aux critiques de façade d’une opposition démunie d’arguments, prônant « une écologie qui cherche des coupables plutôt que des solutions », la Métropole avance et renforce ses objectifs initiaux. Sur les déplacements ? Nous doublons le budget vélo et mettons en place un plan d’actions en faveur de la logistique urbaine, pour accompagner les entreprises et les particuliers. Sur les énergies renouvelables ? Nous avons construit la plus grande centrale solaire urbaine de France et un deuxième réseau de chaleur alimenté par l’incinérateur d’ordures ménagères. Sur la rénovation énergétique ? Nous installons systématiquement des panneaux solaires sur les nouveaux bâtiments publics et continuons à équiper en photovoltaïque les bâtiments existants. 
Toutes ces réalisations volontaristes et de bon sens auraient méritées un soutien de l’Opposition soit-disant écologiste. Un soutien qui n’est pas venu… quel dommage !

Développement des transports en commun : L’Opposition s’oppose encore et toujours  

Le volontarisme de la Métropole en matière de développement du transport en commun est indéniable depuis plus de 8 ans. Vélo, métro, téléphérique ou bus, nous investissons en continu pour vous faciliter la vie et diminuer la pollution liée à la mobilité.
L’inauguration récente du Linéo 10 reliant Fenouillet à Toulouse en atteste. Depuis la mise en place des Linéo, leur fréquentation a augmenté de 30% démontrant l’adéquation des transports en commun avec vos besoins. Comme l’a rappelé Jean-Luc MOUDENC : « quand le transport en commun est performant, l’automobiliste se pose la question de laisser de côté sa voiture ». 
Véritable réussite, également, pour notre téléphérique Téléo qui a battu son record de fréquentation le 18 septembre avec plus de 18 000 voyageurs sur la journée. Depuis son ouverture il aura ainsi accueilli plus de 800 000 voyageurs et poursuit son objectif d’atteindre entre 7 000 et 8 000 voyageurs par jour. 
Ces réussites et ces succès, les élus d’Opposition n’en font pas cas. Leur pessimisme chronique leur fait dire que la situation se dégrade. Quand on leur parle de la 3ème ligne de métro, dont les travaux débutent, ils la balayent d’un revers de la main et ressortent de leur chapeau le mirage d’un RER toulousain. Un RER qui dépend directement de la Région Occitanie et non de la Métropole. Un RER qui n’est pour le moment qu’une idée sur le papier, sans tracé précis, sans évaluation de son impact sur la réduction des gaz à effet de serre et sans le début d’un quelconque financement. 
Quand on parle de mobilité durable, la future Ligne à Grande Vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux, dont les travaux commenceront en 2024, sera indéniablement un atout pour notre Métropole. Pourtant les députés NUPES toulousains nous ont gratifiés d’une nouvelle incohérence en soutenant un amendement, à l’Assemblée Nationale, pour supprimer le financement de l’État à la LGV. Heureusement, des députés adeptes d’une écologie pragmatique et positive, comme la nôtre, ont rejeté cet amendement et sauvé la LGV. 

L’écologie, c’est aussi soutenir la production locale !

Toulouse Métropole s’inscrit depuis plusieurs années dans une dynamique de circuit court, par la signature de contrats de réciprocité avec le pays d’Armagnac ou encore le Pays des Portes de Gascogne. Nous participons à cette vision d’un développement du territoire qui n’oppose pas la campagne à la ville mais qui se positionne dans une dynamique gagnante/gagnante.
Cette démarche permet de bénéficier des produits régionaux, tout en sauvegardant l’emploi local dans le secteur agricole et artisanal. Malheureusement, des élus prétendument écologistes, encore une fois, NE  VOTENT PAS POUR ces actions de bon sens ! 
Privilégient-ils leur soutien politique au Président Socialiste-NUPES du Conseil Départemental de la Haute Garonne, au détriment d’une action écologique concrète ? Une posture politicienne d’un autre temps.

Félicitations à Vincent TERRAIL-NOVES et à Serge JOP

Nous félicitons Vincent TERRAIL-NOVES, Maire de Balma, qui a été élu au poste de 1er Vice-Président de notre Métropole, après la nomination de Dominique FAURE comme Secrétaire d’Etat à la ruralité. Nous félicitons également, le nouveau Maire de Saint-Orens-de-Gameville, Serge JOP, qui devient Vice-Président en charge du dialogue intercommunal. Pleine réussite dans leurs nouvelles missions. 

Bienvenue à Julienne MUKABUCYANA

Élue lors des élections municipales à Toulouse sur la liste Archipel Citoyen en 2020, l’élue municipale Julienne MUKABUCYANA a rejoint notre groupe de la Majorité Métropole d’Avenir : « Mon quotidien est fait d’engagements et d’actions, je ne me retrouvais plus dans une opposition […] stérile et sans proposition. Je suis heureuse de rejoindre le groupe [Métropole d’Avenir] d’y retrouver une dynamique et une capacité d’initiatives. ». Nous lui souhaitons la bienvenue à nos côtés.

Les élus du groupe Métropole d’Avenir